Arrestations dans le 94 pour un fumigène : quelques précisions

Publié le par la Rédaction

undefinedLe 19 janvier dernier, trois personnes sont arrêtées dans le Val-de-Marne en possession d’un fumigène «fait maison», de quelques pétards et de clous tordus. Ces personnes étant fichées aux RG, sensuit une garde-à-vue de 48 heures, une perquisition qui ravage un appart, la prison pour deux des interpellés, une libération sous contrôle judiciaire pour le troisième en attente dun procès. La section anti-terroriste sest déplacée pour la perquisition mais ne se saisit pas de laffaire qui reste du domaine correctionnel. Une enquête est ouverte pour association de malfaiteurs, détention et transport dengins incendiaires ou explosifs en vue de détruire des biens ou de commettre des atteintes aux personnes. Ce fichage et le fait quelles ont refusé en garde-à-vue de se soumettre à la «signalisation» (photos, empreintes, ADN) a entraîné ce montage judiciaire très décalé par rapport aux faits. Dans les jours qui ont suivi, les médias en ont encore rajouté à coups de titres racoleurs comme dans Le Parisien du 22 janvier «Les anarchistes transportaient une bombe en kit» ou dans larticle du Monde du 2 février. La méfiance vis-à-vis de ce que lon peut lire dans les médias bourgeois est une évidence depuis toujours, ça lest encore plus quand les informations proviennent comme ici de fuites policières et relaient la version judiciaire à charge dans cette affaire. Gardons à lesprit que les copains en taule ne peuvent pas sexprimer, il est donc essentiel de revenir un peu sur les faits, en connaissance de cause.

Les personnes arrêtées ce jour-là se rendaient à la manifestation contre les centres de rétention qui avait lieu depuis Porte Dorée en direction du centre de rétention de Vincennes. Depuis un mois et demi maintenant, de nombreuses actions et mobilisations ont lieu contre ces centres de rétention, venant des retenus (refus du comptage, émeutes à l
intérieur, grèves de la faim, incendies) comme de lextérieur (rassemblements, manifestations). Ces rassemblements notamment à Vincennes ont été marqués à plusieurs reprises par lutilisation de fumigènes, de feux dartifices et autres pétards pour dérouter la police et signaler aux retenus qui luttent à lintérieur lexistence de mobilisations à lextérieur. Rappelons-nous entre autres du 31 décembre où peu après minuit, un feu dartifice avec fusées, pétards et fumigènes eut lieu près du centre de Vincennes. Il y eut également une manifestation le 3 janvier, une le 5, puis le 19 et encore très récemment le 2 février. Certaines ont réuni plusieurs milliers de personnes et toutes ont donné lieu à lutilisation de feux dartifices, de fumigènes ou de pétards. Quant aux «clous tordus» cités par les journaux, ils nous rappellent plutôt des crève-pneus que lon laisse sur la route pour crever les pneus, des voitures de police et des camions cellulaires de préférence. Ils ont aussi déjà été utilisés plusieurs fois, notamment lors du rassemblement du 31, et nous étions plusieurs à en avoir dans nos poches lors de la manif du 19.

Nous ne cherchons pas ici à adopter un discours de l
innocence, nous savons bien que ce que nous venons de décrire est délictuel, au même titre que nimporte quel rassemblement non-déclaré en préfecture ou que le fait de courir quand la police veut nous arrêter (rébellion). La lutte nous place presque immédiatement dans lillégalisme. Nous voulons rappeler le contexte de mobilisation politique dans lequel ces arrestations ont eu lieu. Nous voulons aussi dénoncer le montage policier et judiciaire à charge, dénoncer le fait quun fumigène et des crève-pneus envoie directement en taule et fait presque basculer dans «lanti-terrorisme», un concept qui sapplique à de plus en plus de situations.

Cette construction judiciaire a des objectifs évidents : isoler, diviser et faire taire. Isoler les gens arrêtés du reste du mouvement en les qualifiant de «juniors terroristes» irresponsables et déconnectés du reste de la société et des mouvements de lutte et de révolte qui la traversent. Faire taire en inspirant la peur à ceux qui luttent. Faire taire un mouvement qui grossit et qui dérange politiquement en se battant pour la fermeture des centres de rétention. Faire taire tous ceux qui luttent contre l
enfermement et le traitement que l’État fait subir en France aux classes populaires et aux étrangers. Faire taire en montrant que participer à ces luttes peut envoyer directement à Fresnes ou à Villepinte. Les précédentes manifestations, notamment celle du 5 janvier, avaient déjà été tendues et ponctuées déchauffourées, notamment lorsque des centaines de personnes ont investi le parking du centre de rétention de Vincennes pour se rapprocher des retenus et échanger avec eux des cris de «Liberté», il y avait dailleurs déjà eu des arrestations. Les arrestations du 19 janvier doivent donc être replacées dans le contexte de cette lutte contre les centres de rétention qui a rassemblé dernièrement des milliers de personnes.

La détention de fumigènes et de crève-pneus qui vaut à deux personnes d
être actuellement emprisonnées et leur utilisation sont des pratiques partagées qui font partie de ce mouvement. Il est primordial que tous les gens qui participent ou se sentent solidaires de cette lutte noublient pas les copains incarcérés et leur manifestent soutien et solidarité, notamment en relayant linformation, en diffusant ce texte, en en écrivant dautres ou par dautres moyens. Parce que nous mobiliser collectivement quand on nous attaque nous rend certainement plus fort que de se replier chacun dans son coin, ne laissons pas la répression sabattre dans le silence et lanonymat.

SOLIDARITÉ AVEC LES CAMARADES INCARCÉRÉS
FERMETURE DES PRISONS ET DES CENTRES DE RÉTENTION

Commenter cet article