Ni prisons ni répression n'arrêteront nos rebellions

Publié le par la Rédaction

Les syndicats lycéens et étudiants nous disent que nous avons assez obtenu pour nous estimer satisfaits. Mais de quel droit ces syndicats, minoritaires et non-représentatifs, sont-ils allé négocier dans notre dos pour obtenir ce que nous ne demandions pas ?

Pourquoi retournerions-nous travailler alors que ni la LRU (qui prévoit bel et bien la privatisation de l’enseignement supérieur public), ni le projet de suppression des BEP, ni les 11.200 suppressions de postes dans l
éducation nationale nont été abolis ?

Combien de temps encore va-t-on laisser ce gouvernement détériorer notre système éducatif ? Combien de temps encore va-t-on le laisser réprimer nos mouvements dès qu
ils vont un peu plus loin quune simple manifestation ? Combien de temps encore va-t-on le laisser expulser nos voisins car ils nont pas le teint de peau réglementaire ?

Alors nécoutons ni les syndicats-collabos, ni les médias-chiens de garde et ne laissons cet état policier ni nous réprimer, ni nous diviser ! Un lycéen Nantais risque de perdre la vue à cause d’un flash-ball à bout portant, quel «grand» média en parle ?

Face à une police violente, continuons la résistance non-violente ! Affirmons notre liberté détudier, notre liberté de circuler, notre liberté de contester !

Face au pouvoir du fric, pour vivre il faut lutter !

Depuis que Nicolas S. est au pouvoir, nos conditions de vie régressent, les services publics sont privatisés et on constate déjà une immense dégradation de ces services (La Poste, France Télécom, Gaz de France, etc.). Les lois sécuritaires se suivent, les droits de la police augmentent dangereusement et les sans-papiers sont traqués jusque dans les écoles. Montrons que le peuple n
est pas encore complètement crétinisé par TF1 et que le nain vichyste na pas encore les pleins pouvoirs.

La lucha sigue !

Mardi 15 janvier : Grève et manifestation lycéenne et étudiante.

Dimanche 20 janvier : Manifestation nationale à Paris.

Jeudi 24 janvier : Grève de la fonction publique à laquelle nous devrons bien entendu nous joindre puisquelle est relative aux suppressions de postes.


Des lycéen-ne-s et étudiant-e-s rochelais-e-s…
Relevé sur Indymedia Paris Île-de-France, 6 janvier 2008


Publié dans Éducation

Commenter cet article