Croâ ! Croâ !

Publié le par la Rédaction

progres051207.JPG

Mgr Legrez porte la bonne parole sur le marché

Hier matin, l’évêque de Saint-Claude a distribué l’évangile selon saint Matthieu. Il est allé à la rencontre des personnes dans une démarche d’amitié.

«Il s’agit de l’ami de Jésus Christ, pour moi c’est un ami. J’ai envie de vous le faire connaître», Mgr Jean LEGREZ, évêque de Saint-Claude, a ainsi porté la bonne parole sur le marché de Lons, hier matin.

Accompagné du curé de la paroisse de Lons, Jean VILLET, de quelques paroissiens et du responsable du service d’annonce de la foi, l’évêque a distribué des évangiles selon saint Matthieu. «L’évangélisation est une histoire d’amitié, observait l’homme d’église, on a un regard bienveillant, quand on a des amis, on a envie de les faire connaître. Cette opération est une première et commune aux trois diocèses de franche-Comté : Saint-Claude, Besançon et Belfort-Montbéliard. L’évangile selon saint Matthieu sera tous les dimanches pendant l’année liturgique qui a commencé le dimanche de l’Avent» expliquait Mgr LEGREZ.

Le texte a été donné à tous les paroissiens, dimanche dernier au cours de la messe. Alors pourquoi venir sur le marché ? «Le but est de favoriser la rencontre des personnes avec le Christ»  a argumenté l’évêque. «Le marché est un des lieux où on peut le faire car beaucoup de gens ne vont pas dans les églises.» «La démarche est surprenante» constatait Paul RATEL, Lédonien à la retraite, paroissien. Il était sur le marché avec son épouse. «C’est une démarche innovante, pas courante et qui fait plaisir. On a vu l’annonce dans la presse et on s’est dit qu’on viendrait au marché sans faute pour rencontrer notre évêque.»

undefined«C’est pas sa place sur le marché, parmi les poulets de Bresse et les fromages !» fustigeait cette enseignante retraitée. Elle a donc refusé l’évangile. «C’est pas la place de faire du prosélytisme sur un marché. Parfois on croise aussi les Témoins de Jéhovah, c’est ignoble. Bientôt on ne va plus oser venir sur le marché…»

Samuel PARTHER, 34 ans, a déclaré tout net qu’il est athée. Je n’y crois pas, il n’y a personne là-haut. Déjà petit je ne voulais pas aller au catéchisme car je n’y croyais pas.» Commerçant, il a tout de même pris quelques évangiles pour les donner à ses clients qui l’acceptent. Car chacun «a ses croyances».

Pas facile d’aller à la rencontre de tout un chacun dans les allées du marché. La discussion s’est vraiment instaurée avec les paroissiens, d’ailleurs ravis de le rencontrer. Et il s’est adressé aux commerçants qui ont accepté de recueillir quelques évangiles. À charge pour eux de les redonner ensuite. Car Mgr LEGREZ y tient. «Il faut le redistribuer et le faire connaître, c’est une démarche d’amitié.»

Militantisme croisé (bis)

«Ça sent les élections» observait hier un commerçant sur le marché de Lons. Il commentait en fait la visite de Mgr LEGREZ, évêque de Saint-Claude, qui distribuait des évangiles selon saint Matthieu.

Du monde il y avait donc pour arrêter les gens et engager la discussion. Car au détour d’une allée, l’homme d’église a croisé… le candidat. Christophe PERNY, candidat socialiste aux prochaines municipales à Lons était également présent sur le marché. Il distribuait des tracts pour annoncer une réunion publique qui se déroulera à 20 heures au Centre social mercredi 12 décembre sur «l’habitat et la vie des quartiers».

Les deux hommes se sont salués, ont pris le temps de converser et l’évêque a donné un évangile à l’élu. Qui lui-même avait distribué des tracts aux paroissiens. Le marché est donc le lieu de toutes les rencontres. Et tous les publics s’y côtoient sans forcément exprimer des opinions.

Nathalie BERTHEUX
Le Progrès, 7 décembre 2007
ti_bug_fck

Commenter cet article