Les médias en grève… et pourquoi pas ?

Publié le par la Rédaction

Les mobilisations actuelles, loin de ne concerner que des métiers ou des fédérations d’industrie particuliers, touchent bien au contraire les intérêts de tous les travailleurs. Car ce qui se joue aujourd’hui, c’est un projet de société. Deux logiques s’affrontent : celle d’une répartition solidaire et égalitaire des richesses et d’une réelle protection sociale contre celle de l’éclatement des solidarités et des normes du travail pour imposer l’individualisme et le chacun pour soi.
    En tant que travailleurs des médias, nous sommes directement (voire prioritairement) concernés : précarisation rapide et massive de nos conditions de travail (piges, CDD, Agessa, externalisations, etc.), transformation économique de nos secteurs (concentration, productivité, satisfaction des actionnaires, LBO, etc.) et développement d’outils technologiques (notamment les logiciels comme Convoy ou Method) s’accompagnant de la suppression de métiers et d’emplois.
    Sans compter le rôle des médias qui loin de toute indépendance (ce qui nous rappelle une campagne actuelle de l’intersyndicale des journalistes) s’en prennent aux grévistes sans aucun remord…

Toutes ces évolutions posent de graves questions.
• Comment peut-on nous demander de cotiser plus longtemps (l’allongement à 41 annuités de cotisations est valable pour tous) sans prendre en compte nos périodes fréquentes de chômage, alors que travailler aussi longtemps dans nos métiers est de plus en plus difficile, voire impossible ?
• Que nous demande-t-on de faire des heures supplémentaires pour gagner plus, alors que dans nos métiers les salaires augmentent peu (en dehors des dirigeants et des actionnaires, bien entendu), que la rémunération à la tâche ou au feuillet devient la règle et que le temps de travail est bien souvent un leurre ?
• Comment peut-on nous expliquer qu’il va falloir se payer des complémentaires santé pour pallier le déficit de la Sécu, alors que nombreux sont les précaires qui n’arrivent déjà pas à se payer une mutuelle ?

On nous parle de développement de la flexibilité quand la précarité est déjà reine dans nos métiers.
    On nous parle de croissance, de développement économique et de créations d’emplois quand les plans sociaux se succèdent (groupe Tests, Libération récemment, Hachette déjà annoncé, Les Échos ou La Tribune à venir, et plus encore), les suppressions de journaux «non rentables» se multiplient et les externalisations des métiers ne se comptent plus.
    On nous parle de liberté de la presse alors que les divorces et gesticulations médiatiques de Sarkozy et ses troupes font la Une des titres, et que les enquêtes de fond, par exemple sur la question des régimes spéciaux, se font de plus en plus rares sous la pression des politiques et des capitaux.

Alors pourquoi aujourd’hui les travailleurs de la presse ne se mobiliseraient-ils pas aux côtés des autres travailleurs pour défendre leurs intérêts communs et imposer un projet de société solidaire et égalitaire ?
    Certains penseront que le rôle des médias est d’informer et que la grève est impossible… Et pourquoi ? Serions-nous les artisans de notre propre service minimum ? Nous pensons-nous si indispensables, si nécessaires au «peuple» qui aurait besoin de nous pour comprendre ? Que penser de l’offensive générale antigrévistes qui sévit dans les médias depuis le début du mouvement notamment dans les transports ? N’est-ce pas justement le moment de relancer et de porter haut et fort la question de l’indépendance de la presse et des moyens pour la défendre ?

Chiche, faisons grève et apportons notre savoir-faire au mouvement : rendons-nous sur les piquets de grève pour aider les grévistes dans leur communication, maquettons des tracts ou des affiches, réalisons des journaux de grève interprofessionnels, photographions, dessinons, créons des blogs et des sites d’information !
    Cessons de subir le chantage à l’information et, pour une fois, échappons à la terreur économique pour libérer la parole. Et sûrement que d’être auprès des «vraies gens», dans leur vie et leur lutte quotidienne, rapprochera les «citoyens» des journaux et des journalistes, et qu’ils cesseront de nous voir, malheureusement souvent à juste titre, comme des ennemis, des artisans de la désinformation.

Voilà les bases sur lesquelles le SIPM-CNT aurait aimé appeler à la grève… Mais voilà aussi ce que l’on nous empêche de faire : dans notre chère démocratie, la liberté est cadrée et les syndicats comme le nôtre n’ont pas la représentativité légale qui leur permettrait de le faire.
    Alors en attendant d’avoir un jour les mêmes droits que les autres syndicats, nous appelons là où nous le pouvons à la grève et, pour le reste, souhaitons que les «organisations représentatives» donneront aux travailleurs l’occasion, la possibilité d’être solidaires en appelant à la grève.

Publié dans Presse

Commenter cet article