11 novembre antimilitariste et antifasciste à Rennes

Publié le par la Rédaction

11 novembre : Manif antifa contre la venue de Marine Le Pen près de Rennes

 

Hier, un cortège de plus de 200 personnes a défilé à Noyal-Châtillon-sur-Seiche (au sud de Rennes) contre la venue de Marine Le Pen pour une conférence de presse suivie d'un repas avec des militants FN. Quelques tensions avec les gendarmes qui ont protégé (une fois de plus) l'extrême-droite en nous interdisant de nous approcher trop près du lieu où les fafs se réunissaient. Usage de gazeuses de la part des forces répressives… Malheureusement pour ces dernières, le vent a momentanément choisi d'être du côté des manifestants, et les bleus ont été les premières victimes de leur gaz lacrymo (grand moment de rigolade !). 

 

Vendredi 12 novembre 2010.

 

 

À l'appel de la FA et de l'UL-CNT35, il y avait une quarantaine de personnes à la manifestation antimilitariste du 11 novembre. Arrivés près du monument aux morts, une ligne de la police nationale et de la BAC nous ont contraint de manière agressive à reculer pour devenir invisibles et inaudibles par la cérémonie de commémoration du 11 novembre.

 

Une heure après des camarades se retrouvaient à Noyan-Châtillon (10 km de Rennes) pour protester contre la venue de Marine Le Pen (jets de lacrymo et course dans la boue).

 

Mailing CNT, 12 novembre.

 

 

Une matinée marathon pour les libertaires rennais !

 

Un rassemblement antimilitariste à 10h (La Digne Rage et la Sociale pour la FA, CNT 35 et anars sans étiquettes). Une petite cinquantaine de personnes, qui ont tenté de s'approcher du monument aux morts. Nous avons été repoussés violemment par la brigade d'intervention, très zélée (coups violents et banderoles déchirées ou confisquées).

 

Ensuite on motive les gens et on organise des covoit' pour tracer direction Noyal-Chatillon-sur-Seiche dans la périphérie rennaise pour une manif antifa contre la venue de Marine Le Pen (environ 300 personnes ?). Au programme gazages par les gendarmes qui protégeaient la ferme où se déroulait la conférence et jeu de chat et de la souris au milieu des champs de chou, dans la boue, sous l'averse (bzh rules! :lol:) … Nous recroiserons en fin de rassemblement nos amis de la brigade d'intervention de Rennes avec qui nous avions fraternisé le matin, venus en renfort un peu tardivement (…)

 

Forum Classe contre classe, 11 novembre.

 

 

250 manifestants contre la venue de Marine Le Pen

 

Ce jeudi, Marine Le Pen, vice-présidente du Front national (FN), s'est déplacée à Noyal-Chatillon-sur-Seiche où elle présidait un meeting de militants départementaux. Le collectif antifasciste de Rennes ont appelé à manifester à 11 h sur le parking du Super U pour protester contre sa venue. Quelque 250 militants du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Breizhistance, Syndicat des Travailleurs de Bretagne (SLB) ont rejoint le collectif.

 

Vers midi, ces 250 opposants à Marine Le Pen ont finalement décidé de défiler en ville avant de rejoindre le lieu du meeting. Vers 13 h, les gendarmes ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la poignée de manifestants souhaitant perturber le rassemblement du FN. Les forces de l'ordre explique, ce jeudi soir, que la manifestation s'est dispersée à 13 h 30 «sans heurt, ni complication».

 

Leur presse (Le Mensuel de Rennes), 11 novembre.

 

 

 

 

Noyal-Châtillon-sur-Seiche : 200 manifestants contre Marine Le Pen à Noyal-Châtillon

 

À l’appel du collectif antifasciste rennais, 200 manifestants se sont réunis ce matin à 11 h, sur le parking du magasin Super U de Noyal-Châtillon-sur-Seiche. Parmi eux, des militants du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), de Breizhistance, du Syndicat des Travailleurs de Bretagne (SLB) ou de Mix-Cité, ainsi que des habitants de Noyal-Châtillon. Les manifestants ont pris la direction de la propriété privée où les adhérents du Front national étaient réunis, autour de Marine Le Pen. Après avoir forcé un barrage de gendarmerie, plusieurs dizaines de manifestants sont entrés dans un champ jouxtant la propriété. Actions qui ont déclenché des jets de gaz lacrymogènes. C’est finalement sans heurts que les manifestants se sont dispersés, vers 13 h.

 

Leur presse (Ouest-France), 11 novembre.

 


Commenter cet article

AD 12/11/2010 22:58



Humour de la presse britannique fondé sur un" soulagement prématuré", may be ?


Hurrah pour les Anglais, abat la Reine et sa couronne, abat Cameron, Parlement, City abat.


JUST A BEGINING